"Sarah... elle fait quoi???"

 
Je fais plein de choses différentes. J'écris des livres de cuisine végé et autour de l'écologie pratique. Ils sont publiés chez Gallimard et Terre Vivante. Depuis 4 ans, je suis chargée de développement pour l'Association végétarienne de France au sein de laquelle j'ai développé la campagne 1, 2, 3 Veggie. Je travaille aujourd'hui à la campagne "Cantines Veggies" pour rendre possible l'instauration d'un repas alternatif végétarien dans les cantines. Je suis également chroniqueuse pour le magazine Esprit Veggie. J'anime de nombreuses formations professionnelles autour des techniques de la cuisine végane.



    J'anime aussi des ATELIERS toute l'année en magasin bio... 

une autre façon de dire que la cuisine végétale c'est bon, c'est beau... et nourrissant!





Site internet: www.sarahbienaime.com Facebook: behappyfood

Mes derniers livres...


Cuisine Pas Bête Pour ma Planète, chez Terre Vivante


https://livre.fnac.com/a11048989/Sarah-Bienaime-Cuisine-pas-bete-pour-ma-planete

et

Je craque pour le cru, chez Terre Vivante


https://livre.fnac.com/a10297390/Sarah-Bienaime-Je-craque-pour-le-cru?omnsearchpos=1



LES NIOUZLAITERS DE LA CUISINIÈRE C'EST EN-DESSOUS!!!
et pour s'inscrire c'est par ICI

LES PETITES LIGNES DE TRAIN VOUS DONNENT BIEN LE BONJOUR


La newsletter d’une cuisinière égarée dans la blogosphère

 Chers auteurs du très-intelligent-rapport « sur l’avenir du transport ferroviaire », dit «rapport Spinetta»,

Vous écrivez « Il paraît impensable de consacrer près de 2 milliards d’euros à seulement 2 % des voyageurs. Le maintien des lignes héritées d’une époque où le transport ferroviaire était l’unique moyen de déplacement doit être revu. »

Je suis tout à fait d’accord avec vous, depuis le temps que je le dis : il faut virer les petites lignes de train. Elles servent vraiment à RIEN, à part coûter du pognon, à nous les pauvres contribuables, qu’on n’arrête pas de payer pour les autres, y’en a marre!

Alors trêve de plaisanterie : « Nan mais dites donc, les péquenauds du fin fond du Cantal, oui vous, vous n’avez pas honte de saigner la SNCF à blanc avec vos petites lignes de train toutes rikiki, tout ça pour envoyer les gosses au lycée, aller au taf ou vous rendre chez l’ophtalmo ? Quoi, comment ça y’a plus d’ophtalmo chez vous ??? Ben vous voyez bien que c’est plus la peine d’avoir une ligne de train puisque vous n’avez nulle part où aller… Faut réfléchir un peu dans vos petites têtes de piafs.
Vous n’avez pas lu le rapport Spinetta les bougnats ??? Vous nous coûtez un bras ! Pourquoi vous prenez pas la bagnole comme tout le monde pour vous déplacer ? Hein… quoi la neige ? Quoi ça coûte cher ? Quoi ça pollue ? Qui c’est qu’a dit une connerie pareille? Encore un gros crétin d’écolo qui croit avoir la science infuse ! Pourquoi vous prenez pas le métro comme tout le monde, hein ? Ce serait quand même plus simple… »

Alors moi, comme on a l’air de bien s’amuser à Paris, et que ça finit souvent par un petit rapport qui t’explique deux fois sur trois que tu coûtes trop cher et que tu devrais avoir honte d’être qui tu es là où tu vis, et bien je voudrais collaborer, apporter ma pierre à l’édifice et faire d’autres propositions aux auteurs du rapport, et bien sûr au gouvernement qui ne va pas manquer de trouver les conclusions pleines de bon sens. Ces gens-là n’ont certes pas l’air d’être en mal d’inspiration, mais moi aussi j’ai des idées super-débiles pour qu’on cesse de consacrer trop d’argent à des petzouilles qui n’ont pas encore compris que la vraie vie c’est dans les métropoles que ça se passe.

PROPOSITION NUMÉRO UN : MISE EN SERVICE DES SOUCOUPES VOLANTES SPÉCIALES ZONES RURALES
D’abord, on va commencer par virer (quand c’est pas déjà fait) toutes ces petites écoles rurales, avec ces classes uniques pour gamins qui savent à peine lire et compter, et on va faire de belles grosses écoles bien bétonnées dans les villes voisines. Pour le transport, pas de problème… ils prendront le train… ah non pas le train, y’en aura plus… bon ben le bus… ah le gros bus il passe pas sur les petites routes… bon ben une soucoupe volante alors ! Trop fastoche… Quand vous avez un problème, venez me voir.

PROPOSITION NUMÉRO DEUX : PASSONS (AUSSI) LES ZONES RURALES AU KARCHER
Supprimons tous ces petits hameaux, la campagne c’est complètement has-benne-à-ordure, dépassée vous dis-je, remplie de paysans qu’ont encore rien compris comment qu’il faut gagner de l’argent en vendant leur lait à perte et plein de bobos qu’ont trouvé refuge là parce qu’ils supportaient plus le stress de la grande ville, les pauv’chochottes. On va quand même pas entretenir des routes, des écoles et des postes (on me dit que la poste s’est déjà barrée, autant pour moi), pour deux pelés et trois tondus qu’ont toujours rien compris à l’économie de marché ??!!! « Mais qui va accueillir les touristes en mal de verdure pendant l’été ??? » A Paris, entre gens intelligents et super-diplômés, on propose de remplacer les hôtesses d’accueil par des robots multilingues qui tombent pas enceinte tous les trois mois. Encore plus fort que les soucoupes volantes.

PROPOSITION NUMÉRO TROIS : ON DEVIENT TOUS VÉGANS (depuis le temps que je le dis !)
C’est le moment d’arrêter de manger du fromage les mecs. De toute façon le Cantal, c’est pas bon pour la planète, les vaches passent leur temps à péter. Oui parce que je sais pas si vous êtes au courant, une fois qu’on enlève la poste, l’école, le train, les ophtalmos, etc. ben il reste pas beaucoup de choses pour (sur)vivre ici. A Paris on envisage de mettre au point des paysans virtuels qui feraient du fromage à base de nanoparticules dans des éprouvettes en plastique recyclable. Le progrès ça fait toujours un peu peur au départ, mais après on s’habitue. Mais si.

PROPOSITIONS 4, 5, 6 ET PLUS : UNE HUMANITÉ (ENFIN) RENTABLE
Étant donné que les vieux, les malades, les accidentés, les fous, les chômeurs, les ruraux, etc… ne servent plus à grand chose alors qu’ils nous coûtent un bras, je propose qu’on s’en débarrasse au plus vite, histoire d’être rentable pour de vrai. Je suggère de faire pareil avec tous ceux qui coûtent très cher au regard de ce qu’ils produisent : les auteurs de rapports fumeux et tous les élus qui votent pour des propositions méprisantes, déconnectée de la réalité et nourrie à l’orgueil des hautes sphères qui croient tout savoir. Y’en a qui feraient mieux de descendre de la Tour Eiffel de temps en temps, pour voir à quoi ressemble la vie des gens à peu près normaux.

De la part de Sarah, une fille du Cantal qu’en a marre qu’on supprime les trains, les écoles, les postes et les médecins en milieu rural … et très en colère à l’idée qu’au nom de cette foutue-sacro-sainte rentabilité, on finit par nous convaincre que nous entretuer est la meilleure solution pour que l’économie aille mieux. N’importe quoi.

PS : J’AI UNE AUTRE SOLUTION. En me levant ce matin, une autre solution m’est venue à l’esprit. On récupère 2% de la fraude fiscale (c’est pas grand chose) et hop : on finance les petites lignes. On peut toujours garder les 98% restants pour les maisons de retraites, les hôpitaux, la formation, les énergies renouvelables, la prévention, les écoles… bref que des trucs décoratifs.

SEPTEMBRE 2016: UN ÉTÉ À PLOUMANACH AVEC SARAH



La newsletter d’une cuisinière égarée dans la blogosphère

Oui…
Mais en fait, non.
Je les ai pas tellement senties ces vacances.
D’abord j’ai eu des ampoules aux doigts de pieds, des deux côtés je précise pour ceux qui pensent que je suis chocotte. Je vous raconte pas la touche avec mes tongs fluo, les pansements qui se décollaient tout le temps et ma démarche de canard épileptique. En plus, les tongs, ça me rend dingue, je ne sais pas comment font les autres, moi je suis obligée des crisper les doigts de pieds à mort pour pas les perdre en route, à force je suis hyper-tendue de partout et ça finit en torticolis. Comme de bien sûr y’avait pas de ouifi dans la bicoque, y’avait à peu près autant de sable dans mon lit que sur la plage, j’avais oublié de prendre des slips, j’ai dû d’aller en chercher des neufs au Super U, j’ai pris une taille 38, une fois rentrée j’ai constaté qu’il m’aurait plutôt fallu du 44, la suite vous voulez pas savoir.
Je me suis tellement liquéfiée d’ennui que j’ai fini par acheter des sudokus au bar-tabac, un jeu que tu mets des numéros dans des cases comme au loto mais que tu gagnes rien. J’ai péniblement atteint le niveau 3 en lorgnant en douce sur les solutions. J’ai regardé les jeuzolympiques, et d’un coup d’un seul ça m’a pris, j’ai voulu me remettre à la gymnastique : après une séance d’abdos, j’ai eu tellement de courbatures le lendemain que je pouvais même plus m’asseoir dans le canapé. J'ai pas insisté.
Quand même y’a un truc un peu cool : j’ai décidé de tomber amoureuse. Je me suis dis : si je tombe amoureuse, ça va m’occuper l’esprit et ça peut pas être pire que les sudokus. J’ai donc passé le reste des vacances à chercher l’élu de mon cœur. Au début j’avais pensé à Georges (Clowney) mais mon mari m’a dit qu’il s’était maqué avec une avocate bien roulée et pleine aux as, pfff c’est nul et de toute façon les dosettes ça pollue alors Georges tu peux aller te rhabiller et puis en plus t’es vieux. J’ai pensé à Robert (Downey Junior alias Iron Man), je fais une fixette sur lui depuis plusieurs années, je lui écrit des poèmes et des chansons, le dimanche je me déguise en Gwyneth Paltrow (la secrétaire d’Iron Man, vous regardez pas la télé ou quoi ?) mais mon mari m’a dit qu’il avait des problèmes d’alcool, et moi j’ai assez de mes problèmes donc : adieu Roro, c’était pas possible entre nous. Je suis en train de me rendre compte que c’est hyper intime ce que je vous raconte là, mais bon… Donc Roro c’est fini. Après y’a Viggo (Mortensen), lui il est le prince guerrier trop fort dans le Seigneur des Anneaux, il oublie souvent de mettre sa chemise et quand il pense à la mettre, pas de bol elle se déchire au bout de trois secondes, mais… je suis pas complètement convaincue par son implantation capillaire, ou alors il a une oreille plus basse que l’autre, en tout cas ça m’a un peu refroidie et après une période d’atermoiement j’ai éconduit super-Viggo. Il a beaucoup pleuré mais mon mari m’a dit que depuis il s’était mis à la peinture sur chips et maintenant ça va bien. Mais alors qui pour combler ce cœur avide d’amour sincère????? Suis-je bête: Mickaël (Fassbender, rien que son nom je tourne de l’œil) ! Cette fois, j’ai demandé un CV à mon mari avant de me faire un film : il a une copine? il mange bio ? il sent des pieds? il fait des sudokus ? Ouais les gens !!! Mickaël a passé le grand test « un été à Ploumanach avec Sarah » !!! Je me suis pas dégonflée, j’ai appelé chez lui : salut c’est Sarah, tu vois qui chui ? Grand blanc : euhhh (il parle américain donc il dit mmmmmh pas euhhhh). Sarah quoi !!! Je donne des cours de cuisine à la Biocoop d’Aurillac. Ah, yes-yes-yes I see good. Bon ben voilà j’abrège parce que c’est un peu long, en plus c’était tout en anglais, il faudrait tout que je vous traduise et comme il faut quand même que j’aille faire semblant de travailler, je vous la fait courte : on s’est donné rancart sur la plage de Ploumanach, il viendra l’année prochaine parce que là c’était un peu short avec le décalage horaire. En tout cas ça m’a bien occupée cette histoire.

Bon c’est fini les feus de l’amour à la plage! C’est la rentrée les cocos, faudrait voir à parler boulot, cuisine saine, alimentation végétarienne et tout ça. Alors l’actu, l’actu, rien que de l’actu.

Je sors (encore) un livre de cuisine, dans la collection Arlequin, ah non pardon dans la collection Alternatives chez Gallimard, un bouquin que je vous recommande chaudement tellement il est bien : Cuissons Alternatives, 40 recettes véganes pour cuire autrement. Bon pour ceux qu’on pas compris que ça parlait de cuisson, et ben je le dis : ça parle de cuisson. J’ai beaucoup bossé, les recettes les texte les photos tout ça, donc vous êtes priés d’en acheter une grosse pile, d’autant que c’est bientôt Noël (non bon d’accord, mais y’a qu’à dire que si). Dans toutes les librairies à partir du 22 septembre.

Les 8 et 9 octobre je serai à Paris pour de vrai, au salonVeggie World, pour une dédicace, une vente aux enchères des bouts de chemises de Viggo et surtout une démonstration de cuisson avec la marmite norvégienne. Mais c’est quoi une marmite norvégienne ? Ben vous avez qu’à venir au salon comme ça vous saurez. Rendez-vous sur le stand de la super association à laquelle vous devriez adhérer : l’Association végétarienne de France.

Et plein plein plein de dates, notamment à la Biocoop d’Aurillac avec des tas de nouveaux ateliers, des séances de rattrapage pour celles et ceux qui auraient loupé des dates en 2016, et même une master-class pour échanger vos meilleures recettes végé. Le dimanche 4 septembre je serai également toute la journée à la foire biologique d’Aurillac pour des ateliers (gratuits) et des démonstrations avec dégustation de cuisine végétale. Je sens que Mickaël va être trop fier de moi.  

La maxime du mois : « Donne chiots Yorkshire, à venir chercher à Dienne, Cantal. ».

La recette du mois par môa : ben comme la dernière fois j’ai fais la grosse fainéante, cette fois y’en aura deux.

Boisson désaltérante pour les dernières journées chaudes de l’été : Mixez 500 ml de jus de pomme réfrigéré avec 1 c. à café de gingembre épluché et fraîchement râpé, ajoutez 500 ml d’eau pétillante réfrigérée (sans mixer cette fois !), éventuellement quelques glaçon, dégustez immédiatement : un délice. Si vous n’aimez pas le gingembre, n’en mettez pas c’est bon aussi!
Sorbet coco au melon frais : mixez une boîte de lait de coco avec 4 c. à soupe de noix de coco râpée-déshydratée et 6 c. à soupe de sirop d’agave. Versez dans une barquette et passez au congélateur 3 h. Sortez, laissez décongeler 3-4 min MAXI, démoulez et découpez en gros cubes (il faut une lame de couteau solide). Passez les cubes au robot lame en –S ou hachoir jusqu’à obtenir de la crème glacée. Servez IMMÉDIATEMENT (ou repassez 10 min MAXI au congélateur) avec de fines tranches de melon. Pour les becs sucrés saupoudrez le sorbet avec un peu de sucre de coco.
Au revoir les niouzlecteurs-trices, essayez d’être heureux, on dit que c’est bon pour le moral.

Affectueusement,

Sarah

PS: faites plaisir aux gens que vous n'aimez pas, inscrivez-les à la niouzlaiteur, ça leur apprendra -http://www.sarahcuisinevege.com/p/recevoir-des-recettes.html

JUILLET 2016: POILADE INTERDITE

La niouzlaiteur d'une cuisinière égarée dans la blogosphère



Je me dis: vu que personne y va lire cette niouzlaiteur vu que tout le monde sauf moi-même est à la plage, je vais pouvoir sans honte tartiner encore plus de sornettes qu’à l’habitude, avec des histoires horriiiiiiibles, tellement horriiiiiibles que le vomi du chien à côté ce serait du pipi de chat. 


Ouais! une niouzlaiteur pour la beauté du geste, pour rien ni personne, vouée au néant tout vide de l’été, que même les enfants y sont pas là pour me chouiner en boucle "oh non maman tu vas quand même pas envoyer ça???!"


En votre absence, les niouzlaicteurs-trices, je pense bien à vous: je vous sais accaparés par des problématiques estivales hyper-chelou, est-ce que si je me tartine d’écran total aux nano-particules mon bronzage y va durer jusqu’à tout le temps? Pourquoi j’ai acheté ce p*** de maillot de bain en pensant que j’allais maigrir d’ici l’été, hein pourquoi ? Non mais vise le prix des glaces, y croivent qu’on est des millionnaires quartartiques ou quoi ? Y’a la oui-fi ici monsieur ? NAN ??? Y’a pas la oui-fi monsieur???!!! Chérie, t’entends ça, yzonpaslaouifi ici!? 


« Mais comment fait-elle cette Sarah, elle est dans la tête de nous les gens ou quoi ? » Non, rassurez-vous, je me contente de rester dans la mienne, et vous ne serez sans doute pas sidérés d’apprendre que ça me suffit amplement. Des fois, je m’écoute la trombine pour voir, et bien croivez-moi si vous voulez bien, il semblerait que je ne sois pas toute seule à faire la conversation là-dedans. Le docteur dit qu’il s’agit d’une névrose infantilisante non résolue qui a évolué précocivement vers des complications post-traumatologiques schizoïdes. N'importe quoi.


Bref, la terre entière s’est barrée en vacances, je reçois plus de mails, mon portable ne sonne pas, Facebook ressasse des vieux posts tout pourris, France Inture nous fait le coup des rediffusions d’été de l’été d’y’a trois ans et moi je sombre dans un état de désœuvrement proche de la mort cérébrale. 

TUTUUUUUT!!! TUTUUUUUUUT !!! Pas possible les gens : c’est la super-sonnerie-tuuut de mon super-téléphone pour m’annoncer un texto très important !!! Suspense…« Orange, votre opérateur qui vous lâche jamais les bretelles, vous propose pour la énième fois de changer gratuitement votre portable en parrainant un ami, si vous en avez un. » Ah oui, ça te remonte le moral direct: avec Orange et les partenaires Bleu Ciel d’EDF, t’es jamais tout-à-fait-seul-abandonné, parce qu’ils pensent toujours à t’envoyer des petits mots pendant l’été, eux. Peut-être bien que je pourrais parrainer mon ami-partenaire Bleu Ciel pour avoir des téléphones gratos de chez Orange-pot-de-colle, c’est pas débile ça comme bonne idée !? 

De toute façon, vous êtes sans doute pas au courant vu qu’à la plage vous avez pas la oui-fi, mais le temps de la rigolade c’est terminé. Kaput, finito, over, c’est du passé. Le monde a globalement décidé de partir en sucette. Prière, donc de rigoler mollo voire plus trop. La météo nous prédit sans rire que la moindre petite blagounette sera sous peu taxée d’hérésie, Toto frappé d’opprobre, Rolland Magdane crucifié, Bigard envoyé aux enfers, j’ose pas imaginer ce qu’ils vont faire à Lagaffe.

En un mot : POILADE INTERDITE. Voilà les gens, à vous il reste quand même la baignade. A poil si ça vous chante.
Une note d’espoir dans ce monde de barjots: Haïdi, notre yorkshire-terminator, pourfendeuse de rats taupiers, médaille d’or du vomi tout terrain, a réussi, en dépit d’une haleine plus que fétide, à se faire garnir le tiroir par un certain Junior, également yorkshire de son état, le chien du voisin qui visiblement a les hormones plus fonctionnelles que l’odorat (je parle du chien, pas du voisin). Voilà, c’était juste histoire de pas couper le cordon, je vous sais nombreux parmi ceux qui ne lisent pas, qui aiment suivre les aventures hors du commun de notre canidée psychopathe.  

La maxime du mois : y'en n'a pas.

La recette du mois par môa : y’en n'a pas non plus. Et pas la peine de m’envoyer trois tonnes de récrimandations parce que quand vous aurez récupéré votre oui-fi-chérie, moi je serai à la plage !

LES PAGES PROMOTIONNELLES

-       Si vous n’habitez pas encore dans le Cantal, il est grand temps d’y prévoir votre déménagement, y’a qu’ici qu’on est heureux. Et n’oubliez surtout pas de vous abandonner au super magazine So Cantal ! qui a pris la sage décision de ne parler que des bonnes nouvelles au pays des gens optimistes.
-       Si vous aimez les lucioles, c’est le moment de les aider à voler des leur propres ailes : un chouette projet de resto végé avec petits plats trop bons, expos, concerts et tout ça… où ça où ça ? Mais c’est par ici , et c'est en Auvergne!
-       Vous pensez que la cuisine végé c’est dégueu, qu’on mange que du tofu et des feuilles de salades, ben vous vous mettez le doigt dans l’œil jusqu’au nombril et il est temps de prendre des cours de cuisine avec tata Sarah. Le nouveau programme vient de sortir

Allez, bonnes vacances les gens.

MAIS QUI A MANGÉ DES CHIPS DANS MON LIT???


La niouzlateur d’une cuisinière perdue dans la blogosphère – juin 2016

Posologie du Valium : Prendre un cachet directement au lever, sans se poser de questions​. Si vous avez des enfants, prendre un cachet supplémentaire par enfant et par jour. Si vous avez aussi un chien, demandez à votre médecin traitant de vous prescrire du Lexomil en complément. Au cours de la journée, reprenez un Valium toutes les heures dans les cas suivants (liste non-exhaustive):
·      Quand ton fils chéri, à qui un inconnu demande poliment ce qu’il veut faire plus tard, répond sérieusement « je  voudrais faire un site internet pour aider les gens à se suicider. »
·      Quand ta fille adorée te bousille ton unique crayon à maquillage (celui que depuis 6 mois tu appuies pas trop fort dessus pour l’user un peu moins vite), tout ça pour déguiser son frère en clown (était-ce bien utile ?).
·      Quand tu te lèves exceptionnellement de bonne humeur guillerette-joyeuse et que tu plonges ton petit pied rosedodu dans la crotte bien molle du chien, qui soulagé, est parti dormir sur le tas de linge propre.
·      Quand tu te réjouis cette fois c’est cool ça va bien se passer on respire, j’ai mes papiers et j’ai même payé l’assurance, le gendarme il pourra rien me dire, mais qu’il te dit quand même « Madame, vous auriez dû faire votre contrôle technique il y a un an… » Le quoi ? Ah bon ???! Que tu lui bafouilles normalement c’est mon mari qui s’en occupe de tout et que le gendarme t’achève poliment en demandant « Mais elle est au nom de qui cette voiture madame ? »
·      Quand ton fils, côté passager, se penche et demande au gendarme si « elle va aller en prison ma mère ? » avec un air de ne pas avoir encore tranché si ce serait plutôt une bonne nouvelle ou pas, vu que si c’est son père qui fait à manger, il pourrait négocier des chips pour le dîner.
·      Quand tu as la génialissime idée du siècle de faire payer un euro d’amende à quiconque dit un gros mot dans cette maison, et qu’au final c’est toi qui raque tous les jours parce tu es incapable d’aligner deux phrases sans être outrancièrement ordurière tellement t’en as ta claque de tout. 
·      Quand tu te couches au bord du coma dépressif et que tu réalises soudain que quelqu’un a mangé des chips dans ton lit et que le coupable en a profité pour embarquer ton oreiller profilé-design-anti-cernes et te refourguer à la place un coussin rouge-dégueu en forme de cœur avec des poils de chat dessus (ah oui je vous avait pas dit, on a aussi un chat).
·      Quand tu hurles dans la maison « qui a mangé des chips dans mon liiiiit ? » et que visiblement toi qui pensais habiter avec des autres gens ben en fait non t’habites toute seule au monde.
·      Quand ton fils traite ta fille de « constipée du cerveau », que cette dernière lui répond « que le seul neurone qu’il a jamais eu est diarrhéique » et que l’aînée rajoute sérieusement « t’as vu maman, on se dit plus de gros mots ».
·      Quand ton fils vénéré-toujours-lui demande à une dame qu’heureusement on ne connaît pas trop pourquoi elle a de la moustache sous les bras, que ton sac à main est trop petit pour y rentrer ta tête et que ton fils ajoute sans rire « Ben quoi ? ».
·      Quand tu veux remplir honnêtement ta feuille d’impôts et que tu dois télécharger la fiche JD432-machin qui n’existe pas, que finalement tu la trouves mais que pas d’bol c’est la version 2012 avant l’arrière grand-mère de Jésus Christ, que tu appelles les impôts en même temps que plusieurs milliers d’autres contribuables qui cherchent eux la fiche JD735-truc, vu  que pour eux aussi la date limite c’est demain, et que demain ben maintenant c’est aujourd’hui.
·      Quand tu pensais ce matin que tu allais pour une fois dans ta vie trouver des chaussettes dans ta corbeille à chaussettes, logique puisque que des chaussettes t’en a achetées des toutes neuves hier, mais j’écris même pas la suite, tellement ça m’énerve.
·      Quand sur le marché du vendredi matin tu tapes la bise pendant des années à un gars dont tu penses que c’est le père de ton pote Olivier, et que le monsieur te demande un beau jour « Mais vous êtes qui en fait? », que tu réponds « Une copine d’Olivier » et qu’il te demande sans rigoler « C’est qui Olivier ???? ».
·      Quand ton chien fonce à toute berzingue vers un groupe de promeneurs propres sur eux, et que tu sais qu’il va leur sauter dessus avec ses pattes cradingues malgré que (oui « malgré que » m’énervez pas) tu vocifères en boucle « le-chien-pas-bouger-ici-au-pied-tout-de-suite-au -pied-j’ai-dit-etc. ».
·      Quand ton molosse, au moins un kilo cinq tout mouillé avec son collier antipuces, te calcule même pas, poursuit sa course enchantée vers les beaux pantalons à dégueulasser et les jolis collants à filer, que les gens te disent « c’est pas grave » en regardant au bord des larmes leurs vêtements ravagés et que ton fils en rajoute une couche en leur précisant « Même le chien il l’écoute pas ».
·      Quand un magazine traduit en quinze langues t’appelle pour t’interviewer et enfin te rendre célèbre tandis que l’ainée hurle sur la cadette qu’elle lui a encore chouravé son maillot de bain deux pièces, RENDS-LE MOI, C’EST PAS MOI, SI C’EST TOI, BANG LA PORTE N°1, BANG LA PORTE N°2, que le petit dernier monte le son de sa radio et chante à tue-tête pour ne pas entendre cette énième déclaration de guerre, que le chien tourne sur lui-même à une vitesse vertigineuse tout en aboyant, apparemment dans l’idée d’attraper sa propre queue et que, coiffé d’un casque anti-bruit, ton chéri tond la pelouse d’un air stoïque, quand finalement le gars du téléphone dit c’est pas grave on se rappellera un autre jour et qu’il rappelle jamais de ta vie.
·      Quand tu veux reprendre un Valium et que la boîte est vide.
Toi aussi tu veux participer à la mise à jour de la notice du Valium ??? Arrête, je vois que tu en meurs d’envie. Je lance donc une méga-grande opération à l’échelle du pays : « Je reprends un Valium quand… ». Envoyez-moi toutes vos contributions par mail à sarahcuisinevege@gmail.com. Rendez service aux laboratoires pharmaceutiques qu’ont du mal à boucler leurs fins de mois, posez un acte fort d’économie collaborative et surtout faites avancer la science.

La maxime du mois : « Se droguer​​ c’est mal ». 

La recette du mois par moâ : pesto d’orties super fastoche à faire.
Mixez ensemble 120g de jolies pointes d’ortie grossièrement hachées, 2 à 3 c. à soupe d’huile d’olive, 140g de poudre d’amande, 2 gousses d’ail écrasées, 4 c. à soupe de jus de citron (ou vinaigre de cidre), 1 c. à café de sel. Prenez un Valium. C’est prêt. A déguster avec des pâtes, dans un sandwich, etc.
Comment reconnaître les orties dioïques ? Tu mets ta main, ça pique. Si ça pique pas, il y a des chances que ce soit du lamier blanc, communément appelé « ortie blanche » mais qui n’a rien à voir avec schmilblick et qui n’a que très peu d’intérêt gustatif. Pigé ?

Et aussi l’actu toute fraîche de la cuisinière : mardi 31 mai 10h, une petite chronique culinaire sur France Bleu pour vous entretenir savamment des trognons et des épluchures en cuisine, le 15 juin sortie d’EspritVeggie dans les kiosques, un super nouveau magazine de cuisine végé auquel moâ j’ai participé et que donc forcément il est bien, les 23 et 25 juin prochains les quatre derniers ateliers cuisine avant les VACANCES  à la Biocoop d’Aurillac avec au programme rouleaux de printemps et trempette à l’huile de sésame torréfiée, crudités lactofermentées, palets de chocolat cru aux fruits rouges, et plein d’autres trucs très bons, finalement le 30 juin je dois rendre les manuscrits de mes deux prochains bouquins, je sais tout le monde s’en fout mais je le dis quand même. 

Pour recevoir la présente niouzlaiteur directement sur votre boîte, cliquez ICI

Je vous embrasse affectueusement, comme toujours.
Sarah




DES VERTUS DE L'EAU DE COLOGNE

MAI 2016

La newsletter d'une cuisinière perdue dans la blogosphère
Alors où qu’on en était les gens ???

Bon, pour ceux qui suivent pas trop : dans le dernier épisode de ma vie abratrépidante,  je faisais semblant d’aller à travailler à Paris pour qu’on croive que je suis une entreprise du CAC40 à moi toute seule, et pis ça marche grave, victime de mon succès comme on dit, plus je fais semblant à m’occuper et plus je suis obligée de faire semblant, je m’en sors pas, et maintenant je suis plus certaine d’avoir le temps de travailler pour de vrai vu que je suis grave débordée pour de faux. Purée, je comprends pas tout à ce que j’écris.  

Rassurez-vous, j’ai pas du tout oublié que j’avais une histoire de dingue à vous raconter, mais avant vous allez souffrir un peu, parce que soyons honnête, si vous aimiez pas souffrir, ça ferait longtemps que vous auriez arrêté de lire cette niouzlaiteur, avouez qu’il y a une certaine logique à ce que je dis malgré les apparences.

Donc avant de raconter l’histoire, il faut quand même que je vous refasse le coup du courrier des lecteurs et trices, parce que l’épisode du rat taupier vous a visiblement sortis de votre torpeur numérique, y’en a même que je croyais refroidis depuis belle lurette et qui se sont fendus d’un mail à mon endroit, c’est énorme, le rat taupier qui ressuscite les morts, non je mets plus les points et alors, du coup j’ai essayé d’écrire une histoire vraie de panda ventriloque, mais j’ai eu beau me creuser le citron, j’avais l’intro et pas la chute, c’est dommage, les pandas c’est tellement choupinet.

Bref, le courrier des lecteurs…  ah ben quand je pense que certains racontent à tout le village que je suis sous acide dès le petit déj, et ben moi je voudrais bien savoir ce que vous sniffez au dîner les gens, visiblement pas la même chose que moi.

Florilège de questions déjantées envoyées par vous, j’insiste, pour une fois que j’ai rien fait.  

« Madame, est-ce que vous prêtez votre chien ? ». J’ai failli le prendre mal et répondre « Ca va pas la tête, non ??? ! » mais j’ai bien réfléchi, parce que ma conscience m’a sonné le clocheton: c’est pas beau Sarah, allez tu prêêêtes. Donc, je prête : le chien, le chat, les trois enfants, gamelles et croquettes inclues, un weekend sur deux, toutes les vacances scolaires, et s’il faut rendre service on s’occupe du transport jusqu’à votre maison. C’est bien normal.

« Chère Sarah, quel est ton secret pour nettoyer le vomi de chien sur le tapis de la voiture ? » Alors là, je suis extatique, voilà quelqu’un qui reconnaît mes dons de fée du logis, c’est quand même pas trop tôt. Merci à toi oh géniale lectrice, tu viens de briser le mythe de la fille qui lave jamais ses carreaux, oblige ses enfants à faire la vaisselle, qui n’a jamais tenu un fer à repasser de sa vie. TRÈVE DE SUSPENS… le chien vient donc de vomir son énième rat taupier sur le tapis de la voiture … qu’est-ce qu’on fait, rendez-vous compte!!? D’abord, on encourage le chien à remanger son vomis vite fait (oh là là, faites pas vos chochottes, dites pas que vous l’avez jamais fait, hein), en général il est content parce que c’est un chien. Ensuite on retourne le tapis, c’est super vous verrez :  il est vraiment plus propre à l’envers qu’à l’endroit, moi j’ai même cru qu’il était neuf, il faut dire que je suis du genre trécrédule. Ensuite vous prenez la bouteille d’eau de Cologne offert par la pharmacie l’an dernier et que comptiez mettre comme pchiit-sent-bon dans les WC mais finalement vous avez bien fait de la préserver cette bouteille, vous videz son contenu sur le tapis retourné et  y’a plus de problème. J’étais sur le point de vous demander  « merci qui ? », mais j’ai décidé de faire preuve de retenue. Vous êtes toujours là ?

Bon  c’est parfait, parce que je vous donne rendez-vous le mois prochain. Oui, je sais, je vous ai un peu roulés une deuxième fois dans la farine, je vous ai pas raconté l’histoire que j’avais dit que je vous raconterai. J’ai bien peur que vous ayez souffreté pour rien. Et vous, d’abord, est-ce que vous avez fait cette semaine tout que vous aviez dit que vous feriez ? Faut pas me la raconter, je suis sûre que non. D’ailleurs, à ce propos, je vous rappelle qu’il est temps de faire sa déclaration d’impôts sur le revenu. Ah comment j’adore plomber l’ambiance. Moi je m’en fous, je suis une entreprise du CAC40, du coup je suis pas concernée. Ah j’adore ma vie…

Je vous embrasse affectueusement.
Sarah


Sacrebleu, j’ai failli oublier la maxime du mois : « Vomit qui mal y panse ».  Ben quoi ?

PROCHAINS COURS DE CUISINE: les 19 et 21 mai Thème 1: cuisiner les algues, Thème 2: le chocolat dans tous ses états)

LA RECETTE DU MOIS PAR MOI : allez, je vous mets une petite recette pas dégueu de mon bouquin « Croque-Pousses », parce que c’est le moment des fraises… et qui n’aime pas les fraises à par ceux qui n'aiment pas???  

PETITS FLANCS DE CITRONNELLES À LA FRAISE

UNE HISTOIRE DE RAT TAUPIER


AVRIL 2016

En fait.
Vous en n’avez strictement rien à péter des mes trucs de veganerie. Rien à battre de mes géniales recettes végétales. Vous vous tamponnez comme de l’an mille de mes cours de cuisine.
Je suis lente à la comprenette, mais j’ai toujours un neurone qui finit par se réveiller et qui prévient les autres.
JE VOUS AI COMPRIS : vous voulez des histoires.

Ça tombe bien : j’en ai une d’histoire. Une vraie de vraie.

Voyez-vous, quand on me demande ce que je fais dans la vie et que je réponds avec une pointe de suffisance « créatrice culinaire », une vague lumière s’allume dans le regard de mon interlocuteur. « Ah bon, mais où ça ? ». Quand je dis à Dienne, près de Murat alors là comment dire… au mieux la personne prend un air compatissant au pire elle me demande où sont les toilettes.

J’ai donc mis au point une stratégie marketing imparable : je réponds désormais « Entre Dienne et Paris » (comme on dirait « entre Hong-Kong, Sydney et New York », traduction: ça rigole pas les mecs). » Je vous sens pas complètement convaincus par la chose, mais je vous assure, depuis que je présente comme ça, le boulot tombe du ciel.

Comme je ne fais jamais les choses à moitié, j’ai décidé de faire semblant d’aller travailler à Paris pour de vrai, par souci de cohérence.  Quand je pars mon mari me dit « repose-toi bien » et mes amis me disent « cool, tu vas t’amuser», ce qui m’énerve au plus haut point.  Mais vous voyez pas que je fais semblant d’aller travailler et que cela fait partie de ma nouvelle stratégie marketing ????

Fermez les yeux, imaginez.  PARIS. J’avoue, à Dienne, il m’arrive aussi des trucs de ouf. La chienne bouffe un rat taupier et le vomit dans ma voiture ; je pète la serrure de la boîte aux lettres à coups de fourchette parce que je trouve plus la clef ; et même la semaine dernière on a eu de la visite : le monsieur de Colis Service est venu chez nous, il cherchait la maison des voisins.

Donc fermez les yeux, imaginez. PARIS. Là il vous arrive des trucs de ouf puissance dix. Des trucs qu’à Dienne c’est pas possible. T’oublies. T’es déjà bien content de ton histoire de rat taupier, alors tu te plains pas. Mais à Paris, tu entres dans le royaume merveilleux de « mais qu’est-ce qui va encore me tomber dessus? ».

PARIS,  sur un quai de métro, en route pour un rendez-vous fictif. Je suis en retard.  J’évite de croiser les regards, on ne sait jamais que quelqu’un voudrait me parler. Du je prends mon air  « je réfléchis à un truc grave, inutile de venir me déranger ».  Souvent je regrette de ne pas avoir de bouquin mais neuf fois sur dix j’en n’ai pas, et je me dis que ça ferait bizarre de faire semblant de lire si je n’ai pas de livre pour de vrai.

DONC C’EST QUOI L’HISTOIRE ?  Crotte : je me rends compte que je viens de vous pondre une page entière et que j’ai pas encore commencé à dire la vraie histoire. Ça craint du boudin. Du coup je vous propose de vous raconter ce qui m’est arrivé sur ce quai de métro dans la prochaine niouzlaiteur. Oui je sais ça énerve, mais ça crée du suspens. Niveau stratégie marketing c’est bon ça.

Avant de partir, la maxime du mois, lue cette semaine dans le Monde Diplomatique: « Johnny fais-moi mal, oh Johnny-Johnny. » Moi non plus j’ai pas tout compris.

LA RECETTE DU MOIS PAR MOI
Sauce crémeuse « façon fromage »
Matériel : un blender
·      4 poignées de noix de cajou non salées (environ 120g)
·      100 ml  de lait végétal (à défaut de l’eau)
·      1 jus de citron fraîchement pressé
·      4 à 6 c. à soupe de levure alimentaire en paillettes (en fonction de la marque)
·      1 à 2 c. à soupe de tamari (dosez en fonction de votre goût pour le salé)
·      Poivre, à votre convenance
·      Facultatif : une pincée de curcuma (pour accentuer la couleur jaune)

Faites tremper les noix de cajou dans l’eau 1 heure minimum (si vous avez un blender pourri, comptez une nuit entière). Rincez. A l’aide du blender, mixez tous les ingrédients jusqu’à obtenir une sauce très onctueuse et parfaitement lisse. Goûtez, rectifiez l’assaisonnement si besoin. Parfait pour les sandwiches, dans les burgers à la place de la mayo, avec des bâtons de crudités…  

Il faut nous faire une raison, il est temps de nous quitter.
Sarah